Lauréats du concours « La Différence – Abidjan 2019 »

Bravo à tous les participants.
Merci à tous les poètes qui ont partagé leur ressenti de « La Différence ». Aux membres du jury international pour leur travail sur les poèmes.

Nous tenons à remercier tous ceux qui ont contribué au succès de cette édition en Côte d’Ivoire.

Merci au Ministère de la Culture et de la Francophonie pour son appui institutionnel, aux directions de la Bibliothèque Nationale de Côte d’Ivoire, de la Bibliothèque du District d’Abidjan, du Centre de Documentation Zadi Zaourou, à Tours Loire Valley France pour leur soutien institutionnel. Merci à Diphone Event et Paradise Game, l’association « Textes et rêves » du Centre Val de Loire pour leur partenariat. Merci à Madame S. Gambelou, aux Editions Cimarron Ediprod, Jeepheal et Zahra Kaik pour leur contribution artistique et leur expertise. Merci à nos honorables invités et aux lauréats des trophées « Culture et mieux être La Différence », merci à la Radio Télévision Ivoirienne (RTI) Fréquence 2 pour sa communication sur l’événement.

Merci aux artistes de cette soirée exceptionnelle !

 

****
LA DIFFERENCE 1ER PRIX (Catégorie Jeunesse) – ON N’EST PAS PAREILS de Blazik-Juan Héloïse (8 ans)
****

On n’est pas pareils,

A deux doigts de l’être.

Qu’est-ce que ça peut faire,

La vie l’a choisi

Et c’est plus joli !

 

****
PRIX MAURICE KONE – LES EMBARRAS de Jocelyn Danga
****

En simplicité, les écrits abordent « la différence » en levant le voile en toute émotion poétique sur le ressenti face à une problématique d’échec ou d’absolu qui tient à cœur au poète.
Ici le ressenti troublant de l’être quand il se sent comme un « embarras » de famille, quand la différence est parfois lourde à porter.

 

Je suis jeune à porter le fardeau de vos rejets
Tous les jours sont autant d’affronts dans vos grognements
Incapables de m’admettre
Dur de reconnaître que le cœur peut faire son choix
Qu’un jeune homme peut en aimer un autre.

J’incarne le refus
L’enfant venu au monde par ce strident sanglot
À jamais marqué dans le profond de ses yeux
Dont même les parents dans leurs secrètes prières
Regrettent la présence autant qu’ils taisent leur déception
Quand les rayons de soleil rougissent ma peau dépigmentée
Vos regards soutenus me blessent encore davantage.

Je suis l’absence
Une ombre solitaire au milieu de vous
Traînant mon corps en impossible embarras
Souffrant l’indicible sort du rejet
À toujours espérer dans le silence où je m’inonde
Et parfois quelques larmes non encore séchées
Suintent de ces yeux qui ne sont que vide blafard
Ne pouvant voir personne
Et que personne ne veut voir.

Je suis la part de poussière
Qui racle ses jours comme une amertume
Sur vos visages l’expression de mon désarroi
Foudroie mon être en intenable saillie
Et me fond l’âme de me voir ainsi
Condamné à ne jamais marcher…

 

****
1ER PRIX LA DIFFERENCE (Catégorie Adultes)
****

Tu as usé tes semelles d’enfance… de POULAIN CAUNES Colette

Où la poétesse évoque l’affection entière et continue entre deux êtres malgré les différences de religion, de peau, de niveau social et d’éducation… 

 

Tu as usé tes semelles d’enfance dans les rues de la ville,
Egratigné ta peau douce sur l’émeri de l’urbanité.
J’ai bercé mes genoux vierges d’écorchures
Dans une maison trop grande
Aux murs fardés du salpêtre de l’ennui.

Réminiscence de recluse adolescence,
Je suis larmes retenues en sourire d’esquive
Quand ton rire franc et noble
Chante à tes lèvres gourmandes
Au souvenir de ton enfance mutine.

Je chemine en conscience sur une sente sans chapelle,
En conscience, tu te prosternes humble,
L’âme portée vers la vision d’un croissant de lune.

Je suis lisse et rond galet de rivière
Que ta source d’eau vive
Caresse et polit dans le lit de l’amour.
Je suis aube secrète à la peau d’opaline
Qui épouse le soleil en nuances d’ambre et miel,
Tu es crépuscule flamboyant
A mes caresses sur ta peau velours de nuit.

Qu’importe alors qu’un soleil facétieux
Décide de se lever à l’ouest,
Je suis antre marine
Aux parfums d’algue et d’embrun,
Attirant de son chant tes désirs conquérants.

 

Cette année, le prix  Coup de cœur toute catégorie confondue a été attribuée à KOUASSI Séphora Odélia de Côte d’Ivoire (12 ans) qui a exprimé son ressenti et son désir profond pour son pays : transcender les différences…

 

****
COUP DE COEUR LA DIFFERENCE : QUERELLE ET PAIX DE KOUASSI SEPHORA (12 ans)
****

Pour une parcelle
Deux familles se querellaient
Elles ont toujours vécu en bonne entente
Mais la terre les divisa

Chaque jour des injures
Chaque jour des menaces…

Ramener la paix…
Le chef convoqua les deux familles
Sous l’arbre à palabre

Tous les notables étaient là
Le chef écouta
Chaque famille
Mit fin à la querelle

La terre avait été offerte
Par gratitude…
Les descendants réclamaient cette terre
Signe d’une grande amitié
Entre les arrières grands-parents…

Les familles firent la paix
Le calme revint dans le village.

 

Suite à la diffusion de ce poème lors du récital « La Différence – Abidjan 2019 » pour l’annonce des lauréats, et touchée par Séphora, la fondatrice et première directrice de la Bibliothèque Nationale de Côte d’Ivoire (1974) nommée par Félix Houphouet Boigny, première directrice des éditions NEI CEDA, Madame Laubhouet Ketty, présente au récital a annoncé qu’elle recevrait Séphora pour lui offrir solennellement la Grande Encyclopédie de la Côte d’Ivoire en 6 volumes.

 

Que vive le partage poétique !